unnahbar

 

Sie stand außer Sichtweite.

Und doch konnte ich sie spüren.

Ganz nah an mir.


___
words | Emile Hengen
layout |Matthieu Chalon
print | Drukkerij Lëen | leen.be
tirage | 100 exemplaire | sold out

© Monochrome Photography 2014

___

 

Abordant l'inabordable

 

D'emblée, l'auteur veut que l'on aborde son livre en pleine conscience de la signification du titre "unnahbar" (inabordable): aucun nom d'auteur ne figure sur la couverture et celle-ci est noire, à la texture suggérant un mur lézardé.

 

Et nous voilà en pleine matière: la tentative essentielle mais condamnée à l'avance d'un être humain d'en approcher un autre, de vivre avec un être cher une relation qui s'avère impossible pour les deux partenaires. Ce petit livre noir, original et authentique, comporte une cinquantaine de textes en langue allemande, en prose et en poésie. Des récits plus ou moins longs fournissent des éléments narratifs, en s'accordant, à certains moments d'émotions fortes, la distance conférée par la troisième personne. Des réflexions en vers sans rime, subjectives ou philosophiques, approfondissent le narratif sur le plan personnel ou le situent dans un contexte universel. Parfois l'auteur s'adresse directement à l'impossible autre, parfois il la cite, l'imagine, interroge sa vérité intérieure, comme il interroge la sienne, essayant d'y déceler les raisons pour leur échec.

 

Chacun des textes donne une autre perspective sur leur histoire, le tout formant une mosaïque fascinante et variée. L'auteur fait preuve non seulement de lucidité vis-à-vis de son propre vécu mais d'un don remarquable d'imagination et d'empathie qui lui permette de percer la vérité intérieure de l'autre - des autres.

 

Sous-jacente à l'histoire particulière se trouve biensûr la quête existentielle de la vérité sur son propre être et sur la vie, qui seule permettrait de vivre consciemment: "Die Wahrheit, diese nie enden wollende Suche nach der Essenz der Doppeldeutigkeit". Cette quête est le propre de l'Homme; même si elle est vraisemblablement condamnée, elle aussi, à l'échec, l'on se doit néanmoins de la poursuivre, en essayant de garder l'espoir - cette "douleur la plus profonde de l'être humains".

 

A la fin du livre, on peut lire que les mots sont d'Emile Hengen, la conception et l'impression de Matthieu Chalon. Forme et contenu, texte et réalisation sont parfaitement assortis.

 

(Ariel Wagner-Parker | Tageblatt)


___
* empruntable à la bibliothèque du Centre national de littérature | cnl.public.lu
* empruntable à la Bibliothèque nationale de Luxembourg | bnl.lu

* empruntable à la Bibliothèque municipale de la ville d'Esch-sur-Alzette | esch.lu
* available on iBooks